• PARTNERS IN CRIME - Haikyuu 

     écrit par Chamallow

    (CONSEIL: j'ai écrit cette histoire en écoutant en boucle "Partners in crime" de Set It Off, écoutez la en même temps! ;) )

    -Qu... Qu'est ce que tu fais ici?!

    "J'ai... J'ai mal à la tête..."

    -VAS T'EN ! T'ES PAS CENSÉ ÊTRE LÀ !

    -Oui mais j'y suis...! Et... et toi? P... Pourquoi tu es là ? C'est pas moi qui suis censé le faire...?
    "Ma tête..."

    Un policier sortit du commissariat et reconnut l'un des deux jeunes hommes. Cela faisait déjà quelques jours qu'il était recherché... Il se précipita à l'intérieur du bâtiment.

    La situation semblait critique pour les lycéens.

    -SUIS MOI !
    L'un agrippa l'autre par le poignet et l'entraîna derrière lui. Il remontèrent la butte, passèrent devant la boutique du coach Ukai, tournèrent au feu, continuèrent jusqu'à l'école puis ralentirent le rythme à contre cœur lorsque le plus petit commença à s'arrêter pour reprendre son souffle.

    -Qu'est ce que tu fous?! Dépêche toi, cours!!

    -Arrête Kageyama! J'ai... J'ai mal...
    "Ma tête!"

    Le brun lui tira brusquement les cheveux en arrière exposant son cou.

    -Aïe! Arrête!

    -Tout ça, c'est de ta faute, alors TU VAS TE DÉPÊCHER DE COURIR!

    Choqué et souffrant d'un terrible mal de tête le roux se mit à pleurer. Les mêmes larmes embuaient les yeux de Tobio, mais la lueur qui y siégeait n'était pas la même. L'un semblait désespéré. L'autre simplement résigné.

    Toujours la tête en arrière, il s'exclama:

    -J'ai rien fait... J'AI RIEN FAIT! C'est pas moi... C'est pas moi...

    Il se fit violemment gifler.

    -Et c'était qui alors?! Hein?!

    -JE L'AI PAS TUÉ C'ÉTAIT PAS MOI!

    Le silence retomba dans la nuit tandis que les deux partenaires reprenaient leur souffle.


    L'un était décidément dans le déni.


    Et l'autre vraiment affreusement résigné.

    -Hinata... C'est pour toi que je cours.
    Je peux pas te laisser seul. Pour toi je me dénoncerais à l'instant. Mais je ne peux pas te laisser en arrière, je veux qu'on reste ensemble.

    Il le regarda avec peine et plissa les yeux en signe de supplication.

    -Alors je t'en supplie, cours!

    Deux grands yeux bruns le fixait.

    Deux grand yeux bien ouverts eux...

    Deux grands yeux bruns dans lesquels brillait une douloureuse lueur de folie.

    -Et à quoi ça servirait, hein ? Tu comptes fuir toute te vie à cause de moi? Je l'ai tué.

    Deux mains entourèrent son visage.

    -Regarde moi Hinata, ce n'était pas de ta faute...

    Il se fit couper.

    -Je l'ai... Tué. Tué? Tué! Ha! C'est drôle comme mot tu trouves pas? Ha! Ha ha ha ha!

    Il rît à gorge déployé, il trouvait apparemment l'idée très amusante, alors que l'instant d'après ses yeux avaient l'air perdus dans le vague. Alors que son "ami" s'apprêtait à parler, il reprit la parole.

    -Et tu sais ce qui est le plus drôle?

    Il savait qu'il n'arriverait pas à le raisonner. Il le laissa continuer.

    -J'ai adoré ça! La lame... La sensation quand elle s'est enfoncée dans sa peau, le sang qui s'est mit à couler avait une couleur vraiment magnifique...

    Le regard qu'il lança glaça les sangs de l'autre.

    -Tu devrais essayer...!

    Le grand sourire qu'il affichait montrait qu'il avait vraiment perdu tout contrôle de lui même. Sa tête le lançait plus que jamais mais il ne semblait plus s'en soucier. Kageyama le prit par les épaules.

    -Shoyo, regarde moi! S'il te plait, calme toi! Regarde moi!!

    Les larmes coulaient, elles ne s'arrêtaient plus, elles tombaient, tombaient et s'écrasaient impitoyablement sur le sol insensible et froid tandis qu'il martelait la poitrine de son ami de ses poings.

    -Arrête maintenant, arrête! C... C'est pas le Hinata que j'aime! Celui pour qui je pourrais mourir!

    Les rôles avaient été échangés. 

    Alors qu'il sanglotait, le plus grand sentit une pression sur ses lèvres. Celles du petit y étaient à présent collées. Ce baiser était humide et salé, les larmes des deux y étaient mêlés. Des sirènes retentissaient de plus en plus proches, les lumière de la ville éclairait les visage ravagés des fugitifs.

    La respiration coupée par un coup au ventre, Tobio tomba à terre.


    -Aïe! Hi... Hinata... Pourquoi t'as fais ça...?!

    -Désolé Kageyama. Je vais me rendre. Ne me suis surtout pas. Autant qu'il n'y en ai qu'un seul d'attrapé!

    Il se retourna et lança son plus beau sourire.

    -Je t'aimerais toujours Kageyama!

    Le vent soufflait de plus en plus fort et la pluie commençait à tomber.

    -I... idiot... C'est à moi de le faire...

    Shoyo inspira profondément et réunit le maximum de courage pour prononcer sa dernière phrase.

    -Kageyama Tobio, ce n'est pas toi, mais moi qui ai tué Oikawa Tooru.

    Arrête un peu de te sentir coupable. Sur ce, je t'aime, porte toi bien et adieu.

    Après avoir déballé son discours très rapidement à cause des sanglots qui lui serraient la gorge il s'éloigna. Bien trop lentement à son avis, mais ses jambes étaient en coton, sa tête lui faisait affreusement mal et son cerveau était en totale contradiction avec lui même.

    Une partie lui soufflait de courir prendre son premier et seul amour dans ses bras, l'autre de le protéger et d'ainsi se dénoncer. C'est avec l'idée de suivre la deuxième qu'il avançait. Mais un coup à la tête le fit tomber à terre. Tout était flou et tournait autour de lui. Seule une voix lui parvenait. Une voix qu'il ne connaissait que trop bien. Et il ne savait pas s'il lui fallait être réjoui ou non...

    -Je te l'ai déjà dit; je mourrais pour toi. Ah et aussi, j'ai pas aimé ton "adieu" du tout abruti. On sera de nouveau réunis. Et très bientôt je te le promets!



    Il regarda tendrement l'homme qu'il aimait à terre et s'éloigna.



    -Sur ce, je te laisse, le meurtrier d'Oikawa Tooru va se dénoncer...



    La dernière phrase qu'il entendit de Kageyama Tobio fut celle ci.

    Et même 3 ans plus tard elle le faisait toujours autant souffrir.




    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires